Popular Posts

Pages

“This is the day the Lord has made”

2021 Easter Message from Most Rev. Richard Gagnon,
Archbishop of Winnipeg
and President of the Canadian Conference of Catholic Bishops

 

“This is the day the Lord has made, let us rejoice and be glad. Alleluia”

There is something unique about the Easter Liturgies, and that is, the reality of movement – not just activity, but a joyful movement of going forth – the Church that goes forth!

We certainly see this in the Gospel for Easter Sunday with Peter and John running towards the empty tomb, after Mary Magdalene had run to them with the news that the Lord was no longer in the tomb! We read again, in the same Gospel, that Mary encounters Jesus outside the tomb after Peter and John had hurried off and she, in turn, runs to tell the disciples: “I have seen the Lord!” Mary was not only the first disciple to see the risen Lord, but she was a missionary disciple -a running disciple -she is the Church that goes forth with a message of hope and joy!

It has now been over a year since the pandemic started. This past year has not been a time of going forth. Instead, it has been a time of lockdowns, restrictions, uncertainty, cancellations, disappointments, sickness and death. We have watched our church communities suffer in silence not knowing when our churches will be open or how long it will take for people to reconnect with their parishes. It has been a difficult time not only for people of faith but for the whole country as well. In spite of this, our Christian families continue to be places where faith lives and even flourishes.

Today, during this Easter season, we continue to struggle, but there is a new sense of hope with the vaccines now being distributed, an opening- up of the churches in many parts of the country and even the warmer weather after a long challenging winter.

Perhaps there is nothing as hopeful and meaningful in our faith celebrations as the Easter Vigil Mass when the new Paschal Candle is brought into the darkened church. The simple light is held high and shines brightly in the darkness as a reminder that Jesus is the light of the world. The congregation lights their small candles from the Easter Candle, one by one. The church becomes radiant and there is a sign of hope coming from each of us holding our lighted candles. The Paschal Candle moves down the isle accompanied by the words: Christ our Light -Thanks be to God, echoing through the church.

Is this not a sign of what we are called to do as we move forward through this pandemic? Are we not called to be signs of hope as we re-build our communities following the destruction caused by the corona virus in the past year? In fact, we are on the very doorstep of a unique experience of church renewal. The lessons we have learned over the past year must play a part in this

renewal, especially how important, beautiful and valuable our faith really is; how vital the sacraments are to us; how hopeful the Word of God is to us. Is not our task to rebuild, to renew, to proclaim, to go out and be that light symbolized at the Easter Vigil? To be the post-pandemic Church!

“This is the day the Lord has made, let us rejoice and be glad. Alleluia”

This year, Pope Francis has given us St. Joseph to be our model and our inspiration. St. Joseph is the Protector of the Universal Church and our Patron Saint here in Canada. Can we turn to him more and more to help us in our great task of community building both in our Church and in the wider community? In his Apostolic Letter on St. Joseph, Patris Corde, the Holy Father reminds us that Joseph was a man of service, he knew the meaning of sacrifice and he placed himself at the service of the Messiah to protect him and help him grow. He writes: “As the Lord had done with Israel, so Joseph did with Jesus: he taught him to walk, taking him by the hand; he was for him like a father, who raises an infant to his cheeks, bending down to him and feeding him”. God chooses to work through the weak, as he did with Joseph and as he does with us, as we too place ourselves at the service of the Messiah in helping our communities to stand up and walk and to go forth!

In the reading from the Acts of the Apostles for Easter Sunday, it is Peter who speaks and encourages the little Church, so weak in many ways, to go forth in both word and deed to be of service to salvation: “You know the message that spread throughout Judea, beginning in Galilee…how Jesus of Nazareth with the Holy Spirit and with power went about doing good and healing…He commanded us to preach to the people and to testify that he is the one ordained by God…” We too must go out and gather our communities once again, and we must build them anew. But more than that, we must transcend our boarders and reach out doing good in the wider community just as Christ did.

Recently, the Holy Father was in Iraq encouraging Christians to return and take up the task of rebuilding their communities-a work more difficult than ours. In Erbil, he celebrated Mass with 10,000 people and he commented on the Christians in Iraq who suffered so much yet were not hesitant to do works of charity in the wider community. The Pope said: “Even amid great poverty and difficulty, many of you have generously offered concrete help and solidarity to the poor and the suffering. That is one of the reasons that led me to come as a pilgrim in your midst, to thank you and to confirm you in your faith and witness.”

Like our Iraqi brothers and sisters, we must not forget the importance of our families as the place where the faith has been lived and nourished over the past year. This domestic Church is so very important for the wider Church community and the world and we must build upon the fruits that have blossomed over this pandemic period.

The Pope has also declared a “Year of the Family, Amoris Laetitia”. A year to focus on the “Joy of Love” that the family is meant to experience deeply. He is calling us to renew our pastoral commitment to place the family at the centre of the Church and society – a source of joy and generous love even in trials and difficulties.

This Easter, perhaps more than ever, there is good reason to be hopeful in our faith and to live a true Christian realism where we clearly acknowledge the reality of our present situation with all its lights and shadows. An Easter Faith means simply to believe that God’s hand can be found everywhere and, in every event, however happy or sad, knowing, as St. Paul says: “…that all things work together for good for those who love God”

St. Joseph was a man who moved forward with a certain creative courage as the Pope reminds us in Patris Corde: “The faith Christ taught us is what we see in St. Joseph. He did not look for shortcuts, but confronted reality with open eyes and accepted personal responsibility for it.”

I wish to conclude this Easter message with the few words used by Pope Francis at the Mass in the Cathedral of St. Joseph in Bagdad, the place where 48 people were murdered by terrorists in 2010:

“…in the face of adversity, there are always two temptations-flight or anger. But these two approaches never fix anything. Jesus, on the other hand, changed history. How? With the humble power of love, with his patient witness. This is what we are called to do; and this is how God fulfils his promises.”

Brothers and Sisters in Christ, let us rise and be on our way!

This is the day the Lord has made; let us rejoice and be glad. Alleluia!

Wishing you and your loved ones, friends, family and communities a most blessed, healthy and graced Easter celebration.

+Richard Gagnon

Archbishop of Winnipeg and President of the Canadian Conference  of Catholic Bishops

Message de Pâques 2021 de Mgr Richard Gagnon
archevêque de Winnipeg
et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

 

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia! »

Les liturgies pascales ont quelque chose d’unique, et c’est la réalité du mouvement – pas une simple activité, mais un mouvement joyeux de marche – l’Église en marche!

Nous le voyons certainement dans l’Évangile du jour de Pâques alors que Pierre et Jean courent au tombeau vide après que Marie-Madeleine eut couru leur dire que le Seigneur n’y était plus!Nous lisons à nouveau, dans le même Évangile, que Marie rencontre Jésus à l’extérieur du tombeau après que Pierre et Jean ont quitté les lieux, et qu’à son tour elle court annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur!  » Marie n’était pas seulement la première disciple à voir le Seigneur ressuscité, mais elle était une disciple missionnaire – une disciple en marche – elle est l’Église en marche, porteuse d’un message d’espérance et de joie!

Il y a maintenant plus d’un an que la pandémie a éclaté. Cette dernière année ne nous a guère permis de nous mettre en marche. Ce fut plutôt une année de confinement, de restrictions, d’incertitudes, d’annulations, de déceptions, de maladie et de mort. Nous avons vu nos communautés ecclésiales souffrir en silence, sans savoir quand nos églises pourraient rouvrir ni combien de temps il faudrait aux fidèles pour revenir à la paroisse. Un temps difficile non seulement pour les croyantes et les croyants, mais pour tout notre pays. Malgré tout, nos familles chrétiennes continuent d’être des endroits où la foi est vivante et même florissante.

Aujourd’hui, pendant ce temps pascal, nous continuons à éprouver des difficultés, mais on perçoit un regain d’espoir avec la campagne de vaccination en cours, la réouverture des églises dans plusieurs régions du pays et même le temps doux après la rigueur d’un long hiver.

Il n’y a probablement pas de célébration plus riche de sens et d’espérance que la messe de la veillée pascale quand le Cierge pascal fait son entrée dans l’église obscure. L’éclat de cette simple flamme qui brille dans la pénombre nous rappelle que Jésus est la lumière du monde. Un par un, les fidèles allument leurs petites bougies au Cierge pascal. L’église s’illumine, chacun tient sa petite flamme et l’espérance se répand. Le Cierge pascal traverse la nef et les mots « Lumière du Christ – Nous rendons grâce à Dieu » résonnent à travers l’église.

N’est-ce pas là un signe de ce que nous sommes appelés à faire en continuant de nous frayer un chemin à travers la pandémie? Ne sommes-nous pas appelés à être des signes d’espérance alors que nous reconstruisons nos communautés après la destruction causée par le coronavirus au cours de la dernière année? En fait, nous sommes au seuil d’une expérience unique de renouveau ecclésial. Les leçons que nous avons tirées de l’année écoulée doivent jouer un rôle dans ce renouveau, en particulier la découverte de l’importance, la beauté et la valeur de notre foi, du besoin primordial des sacrements, et de l’espérance que nous apporte la Parole de Dieu. Notre tâche ne consiste-t-elle pas à reconstruire, à renouveler, à proclamer, à sortir et à être cette lumière symbolisée à la veillée pascale? À être l’Église d’après la pandémie!

Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia!

Cette année, le pape François nous a donné saint Joseph pour être notre modèle et notre source d’inspiration. Saint Joseph est le Protecteur de l’Église universelle et notre saint patron ici, au Canada. Tournons-nous vers lui pour qu’il nous aide à relever l’immense défi de bâtir la communauté dans l’Église et dans la société. Dans sa lettre apostolique sur saint Joseph, Patris Corde, le Saint-Père nous rappelle que Joseph était un homme serviable, qui connaissait le sens du sacrifice et qui s’est mis au service du Messie pour le protéger et l’aider à grandir. « Tout comme le Seigneur l’avait fait avec Israël, écrit le pape François, il a appris à Jésus à marcher, en le tenant par la main : il était pour lui comme un père qui soulève un nourrisson tout contre sa joue, il se penchait vers lui pour lui donner à manger. » Dieu choisit de travailler avec les faibles, comme il l’a fait avec Joseph et comme il le fait avec nous, alors que nous nous plaçons au service du Messie pour aider nos communautés à se lever et à marcher de l’avant!

Dans la lecture des Actes des Apôtres pour le jour de Pâques, c’est Pierre qui prend la parole et encourage la petite Église, si faible à bien des égards, à aller de l’avant en paroles et en action pour être au service du salut : « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée… Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait… Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts… » Il nous incombe à nous aussi de sortir et de rassembler nos communautés une fois de plus pour les rebâtir. Plus encore, nous devons franchir les limites de nos paroisses et aller faire le bien dans la communauté, à l’exemple du Christ.

Récemment, le Saint-Père est allé en Irak encourager les chrétiens à revenir et à rebâtir leurs communautés – une tâche bien plus difficile que la nôtre. À Erbil, où il a célébré la messe avec 10 000 personnes, il a fait l’éloge des chrétiens en Irak qui ont tellement souffert, mais qui n’hésitent pas à mettre leur charité au service de la communauté élargie. Le Pape a dit : « Même au milieu de grandes pauvretés et difficultés, vous avez été nombreux à offrir généreusement une aide concrète et une solidarité aux pauvres et aux personnes souffrantes. C’est l’une des raisons qui m’ont poussé à venir en pèlerinage parmi vous, à vous remercier et vous confirmer dans la foi et dans le témoignage. »

Comme nos frères et sœurs irakiens, nous ne devons pas oublier l’importance de nos familles, que c’est le lieu où la foi a été vécue et nourrie pendant la dernière année. Cette Église domestique est très importante pour la grande communauté ecclésiale et pour le monde : il nous faut bâtir sur les fruits qui sont nés au cours de la pandémie.

Le Pape a d’ailleurs promulgué une « Année de la Famille, Amoris Lætitia ». Une année pour se concentrer sur « la joie de l’amour » que la famille est censée vivre en profondeur. Il nous appelle à renouveler notre engagement pastoral à mettre la famille au centre de l’Église et de la société : une source de joie, de générosité et d’amour même dans les épreuves et les difficultés.

À Pâques cette année, peut-être plus que jamais, nous avons toutes les raisons d’espérer en notre foi et d’afficher un réalisme authentiquement chrétien en reconnaissant clairement la situation actuelle avec toutes ses ombres et ses lumières. Une foi pascale signifie simplement de croire que la main de Dieu se trouve partout, dans chaque événement, si triste ou si joyeux soit-il, car, comme le dit saint Paul, pour ceux et celles qui aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien.

Saint Joseph était un homme qui avançait avec un certain courage créatif, comme nous le rappelle le Pape dans Patris Corde: « la foi que nous a enseignée le Christ est bien celle que nous voyons en saint Joseph qui ne cherche pas de raccourcis, mais qui affronte ‘les yeux ouverts’ ce qui lui arrive en assumant personnellement la responsabilité. »

Je voudrais conclure ce message pascal en reprenant les mots qu’a prononcés le pape François dans son homélie à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad, là même où 48 personnes ont été assassinées par des terroristes en 2010 :

Face aux épreuves, il y a toujours deux tentations : tourner le dos ou réagir avec colère. Mais ni la fuite ni l’épée n’ont résolu quoi que ce soit. Jésus, par contre, a changé l’histoire. Comment? Par la force humble de l’amour, par son témoignage patient. Nous sommes appelés à faire de même; c’est ainsi que Dieu réalise ses promesses.

Frères et sœurs dans le Christ, levons-nous et mettons-nous en route!

Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia!

Je vous souhaite à vous et à vos proches, à vos amis, à votre famille et à votre communauté, des fêtes pascales rayonnantes de sainteté, de santé et de grâce.

 

+Richard Gagnon

Archevêque de Winnipeg et Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Communications Officer, Diocese of Antigonish

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked*