Popular Posts

Pages

The Canadian Reporting System for Sexual Abuse or Cover-up by a Catholic Bishop

May 6, 2021 (St. Francois de Laval)

My Dear People,

Today is the Feast of St. Francois de Laval, the first bishop of Canada and the patron of Canadian bishops, an outstanding educator whose spiritual presence was widespread. It is on this day that a new third-party service for reporting situations of sexual abuse either committed or covered-up by a bishop has become available in our diocese and across Canada.

The Canadian Reporting System for Sexual Abuse or Cover-up by a Catholic Bishop is now linked to our Responsible Ministry page. 

Individuals can access the reporting system online (BishopReportingSystem.ca/SystemedeSignalementEpiscopal.ca) or via a toll-free number (1-866-892-3737) from anywhere in Canada, 24 hours a day, 7 days a week in English or French. The system operates on a confidential, secure platform developed by ClearView Strategic Partners, allowing users to remain anonymous if they so choose, and ensuring all communications are documented and preserved.

The system is a direct response to Pope Francis’ Apostolic Letter entitled Vos estis lux mundi (You are the light of the world). In this Letter, the Pope calls on dioceses throughout the world to establish “…one or more public, stable and easily accessible systems for submission of reports…” and standardizes the procedure for handling allegations. The reporting system for Bishops introduces an additional level of accountability for Church leadership in Canada to address reports according to both Church and civil law, alongside the existing diocesan protocols for reporting and responding to sexual abuse or other sexual misconduct by priests, deacons, religious, and mandated lay pastoral personnel.

We welcome this system as part of our Responsible Ministry, because of Pope Francis’ call and because it supports our efforts for safety and transparency, ensuring bishops themselves are accountable as are clergy, religious and laity working in our diocese.

For details on Responsible Ministry protocols for the Diocese of Antigonish:
www.antigonishdiocese.com/Responsible-Ministry

To read Vos estis lux mundi, the letter of Pope Francis:

http://www.vatican.va/content/francesco/en/motu_proprio/documents/papa-francesco-motu-proprio-20190507_vos-estis-lux-mundi.html

Fraternally,

+ Wayne Kirkpatrick

(Most Rev.) Wayne Kirkpatrick

 

Frequently-Asked Questions (FAQ)

About the Canadian Reporting System for Sexual Abuse or Cover-up by a Catholic Bishop

What types of reports can be made through this service and against whom?
The Canadian Reporting System for Sexual Abuse or Cover-up by a Catholic Bishop can be used to inform Church authorities about a Catholic Bishop in Canada who has committed sexual abuse, or other sexual misconduct (e.g. sexual harassment or possession of child pornography), or whose actions or omissions intended to interfere with or avoid civil or canonical investigations regarding sexual abuse.A report can be made regarding any of the following categories of Bishops:

    1. a)  all living Roman Catholic (Latin) Bishops in Canada, both active and retired, as well as those who served in Canada but are now living outside the country, and
    2. b)  the Eparchial Bishops of the following three Eastern Churches which are present in Canada are also listed in the reporting system: the Eparchial Bishop of the Catholic Armenians in Canada and the United States; the Apostolic Exarch for Syro-Catholics in Canada; and the Eparchial Bishop of Maronite Catholics in Canada.

      What reports cannot be made through this system?

      Misconduct on the part of the following individuals cannot be made through this system and should instead be reported to the diocese/eparchy where the incident has taken place:

      1. a)  a priest, deacon, consecrated person (i.e., Brother or Sister), or officially mandated lay pastoral worker (Note: if you are reporting a consecrated person, you should also contact the Superior of the religious community), or
      2. b)  a deceased Roman Catholic (Latin) or Eparchial Bishop or
      3. c)  an Eparchial Bishop (active or retired) other than the ones listed in the system.
        Any other complaint about a Bishop that does not relate to the commission or cover-up of sexual abuse cannot be reported through this system (such as, dissatisfaction with how the Bishop exercises his pastoral governance of the diocese, or regarding his appointment of priests, deacons, and pastoral workers, or to oppose the closure of a church, etc.).

        If I cannot remember the name of the Bishop, can I still submit a report?
        One of the steps in submitting a report through this reporting system requires the person making the report to identify by name the Bishop they are reporting. Without a name, the report cannot be processed. To assist the person making the report, the system includes a list of Bishops against whom a complaint can be made using this system.If the Bishop in question is not on this list, he may be either deceased or belong to an Eparchy not participating in this system. Should you encounter such a problem, contact the diocese/eparchy where the incident has taken place for further assistance.What information should be included in a report?
        Individuals will be invited to provide as many details about the reported incident as they can recall, such as indications of time and place of the facts, of the persons involved or informed, as well as any other circumstance that may be useful in order to ensure an accurate assessment of the facts.Why was the Canadian Reporting System for Sexual Abuse or Cover-up by a Catholic Bishop established?
        The establishment of this reporting system is a response to Article 2 of Pope Francis’ 2019 Apostolic Letter Vos estis lux mundi (You are the light of the World). It also complements the ongoing pastoral priority of the Bishops of Canada to prevent sexual abuse, as outlined in the 2018 CCCB publication Protecting Minors from Sexual Abuse: A Call to the Catholic Faithful in Canada for Healing, Reconciliation, and Transformation. The reporting system represents another important step toward healing and justice for victims-survivors as part of the Catholic Church’s deepening commitment to responsibility, accountability and transparency.How does this new system fit within the existing diocesan or eparchial protocols for the reporting of sexual abuse by clergy (e.g. priests, deacons) and religious?

As part of an existing responsible ministry or safe environment program, the Bishops of Canada have previously established protocols in their respective dioceses and eparchies to respond to reports of sexual abuse or sexual misconduct by clergy (e.g. priests, deacons), religious, as well as mandated lay pastoral agents.

These diocesan/eparchial protocols concerning a report of abuse by a member of the clergy, religious or a mandated lay pastoral agent will remain in place in addition to the introduction of this new national reporting system that follows a defined protocol for reports about a Catholic Bishop in Canada who has committed sexual abuse or sexual misconduct or whose actions or omissions intended to interfere with or avoid civil investigations or canonical investigations regarding sexual abuse.

Will my privacy be respected?
ClearView (an independent professional ethics firm)* has created a platform (ClearView ConnectsTM)* through which individuals can submit reports to Church authorities. ClearView has taken all necessary precautions to ensure that your privacy is protected. When submitting a report online, ClearView protects your privacy in the following ways: the online session is fully encrypted using 256-bit encryption technology; neither ClearView nor its client are able to identify the IP address of a computer that has submitted any specific report; all data resides on ClearView’s secure servers in Canada. When submitting a report using the hotline, ClearView never asks for the caller’s name or records the call; does not subscribe to “Caller ID”; ensures its call centres operate in a paperless environment (reports are entered verbatim into the ClearView online system by an agent).

Who will receive and assess my report?
A report submitted through the reporting system will be received and assessed by a limited number Church authorities, the “authorized reviewers”, specifically identified according to the prescriptions of the Apostolic Letter Vos estis lux mundi as follows:

  1. a)  the Metropolitan Archbishop and his Assistant Reviewer will receive all reports concerning any Bishop (active or retired) living within the territory of his ecclesiastical province, except for Eparchial Bishops. Reports concerning the Bishop of the Diocese of Antigonish would go to the Archdiocese of Halifax-Yarmouth.
  2. b)  the Senior Suffragan Bishop of the ecclesiastical province and his Assistant Reviewer will receive all reports concerning the Metropolitan Archbishop.
  3. c)  The Papal Representative will receive all reports concerning the Metropolitan Archbishop of Saint Boniface; the Archbishop of Winnipeg; any Bishop who, after serving in Canada, has moved to a foreign country; and the Eparchial Bishops of the following three Eastern Churches present in Canada: the Eparchy for the Catholic Armenians in Canada and the United States; the Apostolic Exarchate for Syro- Catholics in Canada; and the Eparchy for Maronite Catholics in Canada.Note: the Assistant Reviewers are trusted persons appointed by each Metropolitan Archbishop and each Senior Suffragan Bishop. He/She is notified of all reports submitted through the system and has access to the reports so as to assist the Bishop-Reviewer.

What happens to my report once I’ve submitted it through ClearView and what can I expect?
Once the report is submitted through ClearView ConnectsTM*

  • -  a report ID and password will be generated and provided, and you will be invited toset up email notifications, allowing you to track the status of your report;
  • -  a computer-generated notice will automatically be sent to the proper Church authorities to alert them of your report, which they can then access through the password protected system;
  • -  Church authorities will acknowledge receipt of your report and indicate any necessary follow-up. If you choose to provide your contact information, Church authorities will contact you through the system portal to go over your report and review next steps.

What happens to my report once Church authorities receive it?

  1. A Bishop Reviewer and/or the Assistant Reviewer will acknowledge receipt of your report through the ClearView system.
  2. The Bishop Reviewer will assess your report and, unless it is manifestly unfounded, he will forward his initial assessment to the proper authority of the Holy See (Vatican) and request the authorization to begin an investigation.
  3. Within 30 days, the Holy See will provide the appropriate instructions on how to proceed. If an investigation is called, the Holy see will authorize a Bishop to oversee it. The investigation is not to exceed 90 days of receiving the instructions from the Holy See (Vos estis lux mundi Art. 14). During the investigation, the Holy See may require the adoption of provisions or appropriate precautionary measures with regard the Bishop being investigated (Vos estis lux mundi Art. 15), such as requiring him to be placed on administrative leave. You will be kept apprised of each of these steps

The findings of the investigation are then transmitted to the Holy See (Vos estis lux mundi Art. 17), which will then order the appropriate process to be undertaken in accordance with Church law, such as a trial, leading to a final judgment .

If the accused Bishop is found guilty, the Holy See will impose disciplinary measures upon him according to the nature of the offence. Such measures may vary, depending on the crime and can include restricting the Bishop from ministry or even dismissing him from the clerical state.

The above is a summary and is not fully representative of the rigorous and detailed manner in which Church authorities are required to handle such reports. For more information, consult the Apostolic Letter Vos estis lux mundi

Who contacts the civil authorities if a minor is being sexually abused?
Church authorities are legally required to notify the police and/or child protection service when they know or have been informed that a minor is in danger. This requirement of informing civil authorities applies across Canada to anyone who is aware of a minor whose safety is at risk. See Provincial and territorial child protection legislation and policy (2018) by the Public Health Agency of Canada, Table 6 “Duty to Report”.

If your report concerns someone who was abused as a minor but is now an adult, you are encouraged to contact the police to report the crime of sexual assault.

What is ClearView?
The Bishops of Canada have engaged Clearview Strategic Partners, an independent professional ethics and whistleblowing firm, to provide a highly-secure confidential platform, known as ClearView ConnectsTM, through which reports can be submitted via an online web or mobile platform, or a toll-free hotline. ClearView ConnectsTM ensures that any reports submitted through the reporting system are routed to the proper Church authorities. ClearView is a very reputable firm with a 20+ year history, and also provides a similar service to other faith communities, health and education institutions, charitable organizations and other NGOs.

Foire aux questions (FAQ)

Au sujet du Système canadien de signalement des abus sexuels commis ou dissimulés par un évêque catholique

  1. Question : Quels genres de rapports peut-on faire avec ce service, et contre qui?Le Système canadien de signalement des abus sexuels commis ou dissimulés par un évêque catholique peut être utilisé pour informer les autorités de l’Église au sujet d’un évêque catholique au Canada qui a commis des abus sexuels ou d’autres actes d’inconduite sexuelle (p. ex., harcèlement sexuel ou possession de pornographie juvénile), ou dont les actions ou les omissions ont visé à éviter ou à entraver des enquêtes civiles ou canoniques relatives à des abus sexuels.Un rapport peut être déposé concernant un évêque dans l’une des catégories suivantes :
    1. a)  les évêques catholiques romains (latins) au Canada, tant actifs que retraités, ainsi que ceux qui ont été actifs au Canada, mais qui vivent maintenant hors du pays; et
    2. b)  les évêques éparchiaux des trois Églises orientales suivantes qui sont présentes au Canada figurent également dans la liste du système de signalement : l’évêque éparchial des Arméniens catholiques au Canada et aux États-Unis; l’exarque apostolique des syro-catholiques au Canada; l’évêque éparchial des catholiques maronites du Canada.
  2. Question : Quels rapports ne peuvent pas être faits par l’entremise de ce système?Une inconduite de la part des personnes suivantes ne peut pas être signalée par l’entremise de ce système et devrait plutôt être signalée au diocèse ou à l'éparchie où l’incident a eu lieu :

a) un prêtre, un diacre, une personne consacrée (frère ou sœur) ou un membre laïc du personnel de pastorale ayant reçu un mandat officiel (remarque : si vous signalez une personne consacrée, vous devriez aussi communiquer avec le Supérieur ou la Supérieure de la communauté religieuse); ou

1

  1. b)  un évêque catholique romain (latin) ou éparchial qui est décédé; ou
  2. c)  un évêque éparchial (actif ou retraité) autre que ceux qui sont énumérés dans lesystème.

Toute autre plainte à propos d’un évêque, qui n’est pas liée à la perpétration ou à la dissimulation d’abus sexuels, ne peut être signalée dans ce système (p. ex., une insatisfaction quant à la manière dont l’évêque exerce sa gouvernance pastorale du diocèse, ou quant à sa nomination de prêtres, de diacres, d’agents ou d’agentes de pastorale, ou une opposition à la fermeture d’une église, etc.

  1. Question : Si je ne me souviens pas du nom de l’évêque, puis-je quand même soumettre un rapport?L’une des étapes à suivre pour soumettre un rapport par l’entremise de ce système exige que la personne qui fait le rapport identifie par son nom l’évêque visé par le rapport. Sans nom, le rapport ne peut pas être traité. Pour aider la personne qui fait le rapport, le système inclut une liste des évêques contre qui une plainte peut être déposée en utilisant ce système.Si l’évêque en question n’est pas sur cette liste, il peut soit être décédé, soit appartenir à une éparchie qui ne participe pas au système. Si vous êtes aux prises avec un tel problème, communiquez avec le diocèse ou l'éparchie où l’incident a eu lieu pour obtenir de l’aide.
  2. Question : Quels renseignements devraient être inclus dans un rapport?Les personnes seront invitées à fournir tous les détails sur l’incident signalé dont ils peuvent se souvenir, tels que des indications relatives au temps et au lieu des faits, les personnes impliquées ou informées, ainsi que toute autre circonstance qui pourrait être utile pour assurer une évaluation précise des faits.
  1. Question : Pourquoi le Système canadien de signalement des abus sexuels commis ou dissimulés par un évêque catholique a-t-il été établi?L’établissement de ce système de signalement fait suite à l’article 2 de la lettre apostolique de 2019 du pape François, Vos estis lux mundi (Vous êtes la lumière du monde). Il s’inscrit également dans la priorité pastorale constante des évêques du Canada de prévenir les abus sexuels, comme stipulé dans la publication de 2018 de la CECC, Protection des personnes mineures contre les abus sexuels : Appel aux fidèles catholiques du Canada pour la guérison, la réconciliation et la transformation. Le système de signalement constitue une autre étape importante vers la guérison et la justice pour les victimes et survivants dans le cadre de l’engagement toujours plus profond de l’Église catholique à la responsabilité, à la reddition de comptes et à la transparence.
  2. Question : Comment ce nouveau système s'intègre-t-il dans les protocoles diocésains ou éparchiaux existants pour le signalement des abus sexuels commis par des membres du clergé (p. ex., prêtres, diacres), des religieux et des religieuses?Dans le cadre d'un programme existant de ministère responsable ou d'environnement sécuritaire, les évêques du Canada ont déjà établi des protocoles dans leurs diocèses et éparchies respectifs pour répondre aux signalements d’abus sexuels ou d’actes d’inconduite sexuelle commis par des membres du clergé (p. ex., prêtres et diacres), des religieux, des religieuses et des agentes et agents laïcs de pastorale ayant un mandat officiel.Ces protocoles diocésains concernant un signalement d’abus commis par un membre du clergé, un religieux, une religieuse ou une agente ou un agent laïc de pastorale ayant un mandat officiel demeureront en vigueur en plus de l’introduction de ce nouveau système national de signalement qui suit un protocole défini pour les signalements concernant un évêque catholique au Canada qui a commis des abus sexuels ou des actes d’inconduite sexuelle ou dont les actions ou les omissions visaient à entraver ou à éluder des enquêtes civiles ou canoniques relatives à des abus sexuels.
  1. Question : Ma vie privée sera-t-elle respectée?ClearView (un cabinet indépendant d’éthique professionnelle)* a élaboré une plate- forme (ClearView ConnectsTM)* sur laquelle les personnes peuvent soumettre leurs rapports aux autorités de l’Église. ClearView a pris toutes les précautions nécessaires pour assurer la protection de votre vie privée. Quand vous soumettez un rapport en ligne, ClearView protège votre vie privée de la manière suivante : la session en ligne est entièrement chiffrée selon la technologie de chiffrement à 256 bits; ni ClearView ni son client ne peut identifier l’adresse IP d’un ordinateur qui a soumis un rapport spécifique; toutes les données sont conservées dans les serveurs sécurisés de ClearView au Canada. Quand un rapport est soumis en utilisant la ligne téléphonique, ClearView ne demande jamais le nom de l’appelant et n’enregistre pas l’appel; elle n’est pas abonnée à « Caller ID » (identification de l’appelant); elle s’assure que ses centres d’appels fonctionnent dans un environnement sans papier (les rapports sont saisis textuellement dans le système en ligne de ClearView par un agent ou une agente).
  2. Question : Qui recevra et évaluera mon rapport?Un rapport soumis par l’entremise du système de signalement sera reçu et évalué par un nombre restreint d’autorités de l’Église, les « réviseurs autorisés », expressément identifiés selon les prescriptions de la lettre apostolique Vos estis lux mundi, notamment :
    1. a)  L’archevêque métropolitain et son réviseur(e) adjoint(e) recevront les rapports concernant un évêque (actif ou retraité) vivant dans le territoire de sa province ecclésiastique, sauf pour les évêques éparchiaux.
    2. b)  L’évêque suffragant le plus ancien de la province ecclésiastique et son réviseur(e) adjoint(e) recevront les rapports concernant l’archevêque métropolitain.
    3. c)  Le représentant pontifical recevra les rapports concernant l’archevêque métropolitain de Saint-Boniface, l’archevêque de Winnipeg, tout évêque qui, après son service au Canada, est allé dans un autre pays, et les évêques éparchiaux des trois Églises orientales suivantes qui sont présentes au Canada : l’éparchie des Arméniens catholiques au Canada et aux États-Unis; l’exarchat apostolique des syro- catholiques du Canada; l’éparchie des catholiques maronites du Canada.

Remarque : Les réviseures ou réviseurs adjoints sont des personnes de confiance nommées par chaque archevêque métropolitain et chaque évêque suffragant le plus ancien. Ils sont avisés des rapports soumis par l’entremise du système et ont accès aux rapports afin d’aider l’évêque réviseur.

9. Question : Qu’est-ce qui arrive à mon rapport une fois que je l’ai soumis par l’entremise de ClearView, et à quoi puis-je m’attendre?

Une fois le rapport soumis par l’entremise de ClearView ConnectsTM* :

  • -  Un identificateur de rapport et un mot de passe seront générés et fournis, et vousserez invité à configurer la notification par courrier électronique, qui vous permettra de suivre l’avancement de votre rapport.
  • -  Un avis généré par ordinateur sera automatiquement envoyé aux autorités de l’Église appropriées pour les avertir de votre rapport, auquel elles pourront avoir accès grâce au système protégé par mot de passe.
  • -  Les autorités de l’Église accuseront réception de votre rapport et indiqueront tout suivi nécessaire. Si vous choisissez de fournir vos coordonnées, les autorités de l’Église communiqueront avec vous par le portail du système pour examiner votre rapport et passer en revue les prochaines étapes.10. Qu’arrive-t-il à mon rapport une fois que les autorités de l'Église l'ont reçu?
  1. Un évêque réviseur ou le réviseur(e) adjoint(e) accuseront réception de votre rapport à travers le système ClearView.
  2. L'évêque réviseur analysera votre rapport et, à moins qu'il ne soit manifestement infondé, il transmettra son évaluation initiale à l'autorité compétente du Saint-Siège (le Vatican) et demandera l'autorisation d'entamer une enquête.
  3. Dans les 30 jours, le Saint-Siège fournira les instructions appropriées sur la manière de procéder. Si une enquête est demandée, le Saint-Siège autorisera un évêque à la superviser. L'enquête ne doit pas dépasser 90 jours à compter de la réception des instructions du Saint-Siège (Vos estis lux mundi art. 14). Au cours de l'enquête, le Saint-Siège peut exiger l'adoption de dispositions ou de mesures de précaution appropriées à l'égard de l'évêque faisant l'objet de l'enquête (Vos estis lux mundi art.

5

15), comme le mettre en congé administratif. Vous serez tenu au courant de chacune de ces étapes.

  1. Les conclusions de l'enquête sont ensuite transmises au Saint-Siège (Vos estis lux mundi art. 17), qui ordonne alors la mise en œuvre du processus approprié conformément au droit de l'Église, tel qu'un procès, aboutissant à un jugement définitif.
  2. Si l'évêque accusé est reconnu coupable, le Saint-Siège lui imposera des mesures disciplinaires en fonction de la nature du délit. Ces mesures peuvent varier, en fonction du crime, et peuvent inclure restreindre l'évêque du ministère ou même le renvoyer de l'état clérical.Ce qui précède n’est qu’un résumé et ne représente pas pleinement la manière rigoureuse et détaillée dont les autorités de l'Église sont tenues de traiter ces rapports. Pour plus de renseignements, consultez la lettre apostolique Vos estis lux mundi, ainsi que le Vademecum sur quelques points de procédure dans le traitement des cas d’abus sexuel commis à l’égard de personnes mineures par des membres du clergé.

11. Question : Qui alerte les autorités civiles si une personne mineure est victime d’abus sexuels?

Les autorités de l’Église ont l’obligation légale d’aviser la police ou le service de protection de l’enfance lorsqu’elles savent ou ont été informées qu’une personne mineure est en danger. Cette obligation d’informer les autorités civiles s’applique partout au Canada à quiconque est au courant que la sécurité d’une personne mineure est menacée. Voir Lois et politiques provinciales et territoriales sur la protection des enfants - 2018, Tableau 6 : Obligation de signaler, par l’Agence de la santé publique du Canada.

Si votre rapport concerne une personne qui a été victime d’abus quand elle était mineure, mais qui est maintenant adulte, vous êtes encouragé à communiquer avec la police pour signaler le crime d’agression sexuelle.

12. *Question : Qu’est-ce que ClearView?

Les évêques du Canada ont fait appel à ClearView Strategic Partners, une firme indépendante d’éthique professionnelle et de dénonciation, pour fournir une plate- forme confidentielle hautement sécurisée appelée ClearView ConnectsTM, par l’entremise de laquelle des rapports peuvent être soumis via une plate-forme Web ou mobile en ligne, ou par une ligne téléphonique sans frais. ClearView ConnectsTM assure que les rapports soumis au moyen du système de signalement sont acheminés aux autorités appropriées de l’Église. ClearView est une firme très réputée avec plus de 20 ans d’expérience, qui fournit également un service semblable à d'autres communautés religieuses, des établissements de santé et d'éducation, des organismes caritatifs et d'autres ONG.

The Reporting Process

La Procedure de Signalement

 

Communications Officer, Diocese of Antigonish

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked*